Post Image Cluster member Eric Simon, alongside collaborators Suzanne Leblanc, Olivier Asselin, Chantal Neveu, Céline Poisson and Jocelyn Robert, recently released the impressive publication Espaces de Savoir. In a practice of open exploration, each author outlines their take on the concept and their strategies for accessing these espaces de savoir, or environments of knowledge.

For Simon, it is an espace mental – a mental space. He refers to Jésuite priest and French philosopher, Teilhard de Chardin’s concept of la noosphère. The noosphere is the layer of human thought encircling the earth. Emerging through scientific evolution, Teilhard de Chardin believed the noosphere to be as important as the biosphere or any other scientific phenomenon.

Simon adds a temporal element to his definition. For him, environments of knowledge are more than geographic locations. They constitute an assemblage of relations that are dynamic.

“I’m interested in how our thoughts are organized but suspect their existence is not only located in the brain. I am also intrigued by their ties to feelings and emotions and how all of them live together and what are the frontiers that separate them. How porous are those frontiers.”

The book, in French, is a “compte-rendu” of three years of activities between the five Quebec researchers and one literary artist. Activities included solo and group exhibitions in Canada and abroad, as well as books of poetry and fiction.

“Espaces de Savoir” is published by Presses de l’Université Laval.

For more details (in French): https://www.pulaval.com/produit/espaces-de-savoir

 


 

Membre du Post Image Cluster, Éric Simon, en collaboration avec Suzanne Leblanc, Olivier Asselin, Chantal Neveu, Céline Poisson et Jocelyn Robert, vient de lancer Espaces de Savoir  aux Presses de l’Université Laval. Dans le contexte de ce projet d’exploration, chaque auteur développe ce concept et explore diverses stratégies pour accéder à ces « environnements de savoir ».

Simon envisage l’espace mental en tant qu’espace de savoir. Il se réfère à la noosphère, un concept emprunté librement au prêtre Jésuite, paléontologue et philosophe français Pierre Teilhard de Chardin pour qui la noosphère serait la sphère de la pensée humaine qui entoure la terre. Résultant de l’évolution scientifique, Teilhard de Chardin croyait que la noosphère devait être considérée au même titre que l’atmosphère ou que la biosphère.

Simon ajoute une forme de temporalité et de mouvement à sa définition. Ainsi, les « espaces de savoir » sont plus que des lieux géographiques; ils constitueraient plutôt un ensemble de relations qui formeraient une dynamique.

« Je m’intéresse à la manière dont nos pensées sont organisées. Je soupçonne qu’elles n’évoluent pas que dans nos cerveaux, qu’elles habitent nos corps et occupent possiblement même des espaces entre nos corps. Je m’intéresse également aux liens entre nos pensées et nos émotions, comment celles-ci cohabitent, quelles sont les frontières qui les séparent et quelle est la porosité de ces frontières. »

« Espaces de Savoir » constitue une forme de compte-rendu de trois années d’activités entre les cinq contributeurs (de quatre universités québécoises) et une artiste du milieu littéraire. Parmi ces activités, on note des  expositions individuelles et collectives au Canada et à l’étranger, ainsi que la publication d’ouvrages de poésie et de fiction.

Ce livre est publié par Presses de l’Université Laval.

Pour en savoir plus : https://www.pulaval.com/produit/espaces-de-savoir